Enfin, notre lieu définitif

Comme vous l'avez lu, la quête d'un lieu d'implantation définitif n'a pas été simple mais il a fini par apparaître tel un cadeau dans notre communauté de coopérateurs: la ferme de Vincent Bemelmans!

 

Cette ferme était inoccupée depuis un an et convoitée par des promoteurs immobiliers. Son propriétaire (et coopérateur d’HD1G), Vincent souhaitait lui rendre une affectation agricole. Il a donc proposé à Histoire d'un grain de s’installer dans ce lieu sous un bail emphytéotique de longue durée.  

 

Le ferme est idéalement située le long du RAVEL (ligne 38), sur le territoire de Soumagne (Rue de la chapelle 36). Un grand verger d'un hectare entoure la ferme et les bâtiments sont opérationnels, l’installation a été réalisée durant l’été 2020. Après une révision en profondeur, nos moulins y tournent depuis janvier 2021 et la farine est enfin produite sur place. 

Notre lieu d'installation définitif et des idées plein la tête...
Rue de La Chapelle 36.jpg

Le RAVEL

passe

juste ici

Evaluer nos besoins

A partir de ce moment, puisque notre installation est définitive, nous avons maintenant la possibilité d'évaluer le dimensionnement de notre activité en fonction de nos besoins. ​En effet, ce bail emphytéotique est aussi l'opportunité de matérialiser le subside de 200.000€ obtenu de la Région Wallonne pour la construction d'un hall relais agricole (HRA). Pour cela nous devons déposer notre projet définitif au plus tard pour avril 2022. Le temps presse, les réunions de réflexion et d'analyse se multiplient.

Mais quels sont nos besoins? Hors de question bien sûr de créer une meunerie artisanale qui aurait une taille "industrielle", notre ancrage est local et nous avons la conviction qu'au delà d'une certaine dimension il faut essaimer et non grandir. 

Compliqué de répondre à cette question de dimensionnement (et donc de rentabilité) alors que depuis ses débuts Histoire d'un grain n'a jamais connu une année d'exploitation optimale.

 

Nous menons notre analyse sur 2 axes :

  • Nous commençons par réévaluer toutes les données de base (rendements horaire des moulins, coûts de fonctionnement, coût salarial d'un engagement, prix d'achat des céréales, prix de vente des farines,...) pour créer un nouveau plan financier qui garantisse notre pérennité.

  • Au delà de ces analyses financières nous visitons plusieurs moulins afin de déterminer quelle serait l'organisation "optimale" d'une meunerie artisanale. Ces visites sont riches d'enseignements grâce au savoir faire d'artisans meuniers parfois en activité depuis plus de trente années.

Quelle taille devons nous atteindre pour être rentables et assurer notre pérennité? 

Un lieu inspirant...

Outre les installations indispensables au développement de notre activité de meunerie, au fil des réunions, nous avons de plus en plus la conviction que ce lieu doit devenir un véritable pôle de développement rural et pas uniquement le siège de la coopérative.

 

D'autres acteurs locaux sont impliqués dans les mêmes démarches durables que nous et recherchent des bâtiments pour s'installer. Ces rencontres nous confortent dans notre envie de ne pas être seuls dans un bâtiment, à plusieurs nous serons plus forts!

Un projet bien plus grand que ce que nous imaginions au départ se dessine...

Et si nous partagions
ce lieu?
Et si 1+1 était égal à 3 ou 4?